Les crêtes de Peyra Plata et du Gilly

GR58, randonnée un peu difficile mais si belle 😉

Cela fait maintenant 5 ans que nous possédons notre repaire d’Abriès. Il y a 5 ans, nous avons choisi d’appeler notre maison Peyraplata, en puisant ce nom dans la géographie de proximité. Le temps est venu de balader sur les crêtes de Peyra plata, qui signifie pierre plate en provençal, le comble en montagne !

Point de départ : hameau de la Monta, commune d’Abriès Ristolas. La Monta est l’avant-dernier hameau de la vallée du haut-Guil. Vous garer dans le hameau, longer le cimetière et monter sur le GR58.

Mais arrêtons-nous un instant sur l’histoire tragique de ce hameau. Vous pouvez lire à quoi ressemblait la vie en montagne dans le chef d’oeuvre de la littérature alpine « une soupe aux herbes sauvages » d’Emilie Carles. Jeune institutrice, Emilie Carles occupe son premier poste à La Monta en 1924. Elle décrit dans son livre les conditions d’accès difficiles dans le Queyras en général et dans le Haut Guil en particulier. On peut suivre une année de sa vie à La Monta, avant qu’elle ne retourne dans son village d’origine.

En juin 1940, le village de la Monta est en partie détruit par des tirs d’obus italiens. Le village est incendié, les habitants sont évacués et le village deviendra italien pour 3 ans et se trouvera en zone démilitarisée. En septembre 1943, le village sera alors occupé par les troupes allemandes, commencera alors une occupation beaucoup difficile.

Quelle surprise de constater en longeant le cimetière de La Monta qu’il existe un carré militaire où se côtoient les victimes italiennes (19) et françaises (5) de la Seconde Guerre mondiale.

Il ne subsiste aujourd’hui à La Monta que l’église Saint Laurent, le cimetière, le refuge et l’ancien bâtiment de la douane.

la Monta avant sa destruction
la Monta aujourd’hui

Mais le temps est venu d’attaquer la montée, le sentier s’élève lentement, traverse le petit torrent, sinue dans les prés et atteint le bois de mélèzes du Châtellard qu’il traverse.

bois du Châtellard

Après avoir traversé la forêt de mélèzes, le sentier chemine dans un terrain plus pierreux. Sans jamais quitter des yeux la superbe vallée du Guil, La Monta et l’Echalp.

Après quelques centaines de mètres après avoir quitté la forêt, on commence à apercevoir le magnifique Viso.

La Monta tout en bas
1ère rencontre avec le Viso

Après avoir grimpé par quelques pierriers et les pâturages, il rejoint un replat (2400m) sous la crête rocheuse de La Jouna.

grandes pâtures avant de monter sur la crête de Peyra Plata

Le sentier rejoint la Crête de Peyra Plata (2540m) par quelques lacets. Tout ce parcours est déjà très beau.

arrivée sur la crête de Peyra Plata

Le bon sentier continue en ligne de crête vers l’ouest. Quelques mètres de dénivelé supplémentaires permettent de passer au sommet de La Lauzière (2576m) d’où la vue est très belle. On est alors dominé par la Tête du Pelvas à l’est.

la tête du Pelvas

A notre arrivée sur la crête, je suis heureuse que nous ayons suivi la recommandation du guide de prendre cette montée de bonne heure. 925 mètres de dénivelé sans jamais quitter de vue notre point de départ… la première partie de notre randonnée me fut pénible, mais si belle!

On continue par la Crête de Gilly culminant à 2584m. Le sentier descend un peu plus sèchement pour atteindre la Colette de Gilly (2366m) d’où on peut en une quinzaine de minutes, atteindre le sommet de Gilly (2467m) qui offre lui aussi un beau panorama. On surplombe le superbe hameau de Valpreveyre, ainsi que Le Roux.

Valpreveyre à droite, Le Roux à gauche

De même depuis la crête de Gilly, on aperçoit très nettement l’éboulement du Pas de L’Ours entre Aiguilles et Abriès. Pour rappel, cet éboulement a engendré la création d’une nouvelle route d’accès à la vallée du Guil pour un moment initialement prévu de 25 millions d’euros. Les travaux n’étant pas encore terminés, on ne connait pas le moment final de l’ouvrage.

l’éboulement du Pas de l’Ours

 A noter que de la Colette de Gilly, on a le choix entre plusieurs solutions :

  • retour sur Ristolas d’où on peut rejoindre le point de départ par une piste en rive gauche du Guil (environ 3km)
  • retour sur Abriès par les pistes de ski
  • retour sur Valpreveyre (stop puis bus pour rejoindre La Monta)
  • retour sur Le Roux (bus pour rejoindre la Monta)

Cette très belle randonnée peut également se faire en partant d’Abriès. En été, on peut même prendre le télésiège et gagner ainsi quelques mètres de dénivelé dans marcher… Toutefois, la montée par La Monta a été longue et difficile, prendre le sentier à la descente peut s’avérer encore plus pénible… A laisser à l’appréciation de chacun!

Veuillez excuser la qualité de mes photos, mais une poussière sur mon objectif a laissé quelques traces… et vu que je ne vais refaire la Rando de sitôt, alors…

Nous n’avons pas été déçus de donner le nom de Peyraplata à notre maison tant cette randonnée nous a plu ❤️❤️❤️

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s